Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

.

get-attachment

Recherche

Présentation

Etre Jeunes Actifs dans le Val-de-Marne, c’est porter un regard nouveau sur les dossiers qui conditionnent l’avenir de notre département, et plus largement l’avenir de la France et de l’Europe parce qu’il convient parfois de changer d’échelle, de perspective sur les problèmes de notre société pour trouver des solutions, explorer de nouvelles contrées et assurer leur mise en œuvre avec de nouvelles méthodes.

C’est une manière radicalement différente de faire de la politique que nous souhaitons fonder ensemble ; une pratique politique où l’émetteur d’une idée cesse d’être jugé en fonction de son âge ou de sa classe sociale, mais en fonction de sa pertinence.

 

Céline Martin

Secrétaire départementale adjointe UMP 94

Responsable des Jeunes Actifs 94

Adjointe au maire de Vincennes

Trombinoscope

trombi JA der

10 janvier 2012 2 10 /01 /janvier /2012 10:06

La rigueur budgétaire…

 

Simplicité et technicité, tel a été le fil conducteur de la première réunion thématique de l’année 2012 organisée à l’initiative de Céline Martin, secrétaire départemental adjoint UMP 94, responsable des Jeunes Actifs 94 et adjointe au maire de Vincennes, lundi 9 janvier, à partir de 19h30, à l’Hôtel de Ville de Nogent-sur-Marne, avec Gilles Carrez, député-maire du Perreux-sur-Marne, Rapporteur général de la Commission des Finances à l’Assemblée nationale depuis 2002 et président du Comité des Finances locales depuis 2004, et Jacques JP Martin, conseiller général et maire de Nogent-sur-Marne.

 

gilles carrez 2

 

Après avoir introduit le débat par une présentation explicite des mécanismes qui régissent le budget de la France et des collectivités territoriales, Gilles Carrez a abordé la situation financière de notre pays et les contraintes dans lesquelles l’Etat doit agir. Dressant un tableau réaliste de la situation délicate, Gilles Carrez est revenu sur les causes de cette crise depuis 2008, passée de la sphère privée à la sphère publique entraînant la nécessité de réduire les déficits par des réformes sérieuses.

 

« Nous sommes engagés sur une trajectoire de réduction progressive du déficit public, il faut la respecter quoi qu’il arrive. Elle doit ramener le déficit de la France à 5,7% du PIB à la fin 2011, puis à 4,5% en 2012 et 3% en 2013. Au vu des rentrées fiscales, nous serons dans les clous en 2011 ».

 

Expliquant qu’il est impératif de ne faut pas casser la consommation, qui est le moteur de l’économie française, particulièrement pour les classes moyennes et populaires, dont le pouvoir d’achat doit être protégé, le député-maire du Perreux a estimé que malgré la nécessaire rigueur à laquelle la France doit se tenir, l’essentiel était de ne pas hypothéquer la croissance à venir. « Celle-ci est largement préservée par les deux plans déjà mis en place. Les prélèvements nouveaux portent principalement sur le patrimoine, donc sur les ménages plutôt aisés. Quant aux entreprises, ce sont les plus grosses qui ont été mises à contribution, pas les PME. A la différence de nos voisins, on n’a pas touché aux allocations et aux transferts sociaux, ce qui permet d’amortir les effets de la crise ».

 

Plus globalement, Gilles Carrez a indiqué que le problème aujourd’hui est moins celui d’un ajustement budgétaire que d’une amélioration de la politique monétaire européenne afin de détendre les marchés. « Non seulement un nouveau plan serait contre-productif pour la France, mais il ne changerait rien au financement de la dette française, qui se fait aujourd’hui dans des conditions satisfaisantes. Pour réussir, le désendettement doit se faire de manière ferme et stable en s’inscrivant dans la durée. Les ajustements à répétition et sous la pression ne servent à rien ».

 

En conclusion à cette soirée thématique, Gilles Carrez a répondu aux questions posées par les participants, de la mise en place de la taxe Tobin à l’utilité du Partenariat Public-Privé (PPP) pour les grands travaux, en passant par l’instauration de la TVA sociale.

 

… et la galette des rois !

 

galette

 

A l’issue de la réunion, les participants se sont retrouvés pour un moment de conviviale détente en sacrifiant à l’incontournable tradition de l’Epiphanie.


L’occasion de déguster une excellente galette tout en poursuivant les discussions en évoquant notamment les prochaines échéances électorales, principalement la présidentielle.

Partager cet article

Repost0

commentaires