Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

.

get-attachment

Recherche

Présentation

Etre Jeunes Actifs dans le Val-de-Marne, c’est porter un regard nouveau sur les dossiers qui conditionnent l’avenir de notre département, et plus largement l’avenir de la France et de l’Europe parce qu’il convient parfois de changer d’échelle, de perspective sur les problèmes de notre société pour trouver des solutions, explorer de nouvelles contrées et assurer leur mise en œuvre avec de nouvelles méthodes.

C’est une manière radicalement différente de faire de la politique que nous souhaitons fonder ensemble ; une pratique politique où l’émetteur d’une idée cesse d’être jugé en fonction de son âge ou de sa classe sociale, mais en fonction de sa pertinence.

 

Céline Martin

Secrétaire départementale adjointe UMP 94

Responsable des Jeunes Actifs 94

Adjointe au maire de Vincennes

Trombinoscope

trombi JA der

13 septembre 2013 5 13 /09 /septembre /2013 10:44

Réforme des rythmes scolaires :

«un flou artistique» dramatique

 

Cette rentrée scolaire 2013/2014 est marquée par des réformes mal préparées comme celle des rythmes scolaires ou le recrutement de nouveaux fonctionnaires alors que l’Éducation nationale est en sureffectifs.


Le changement des rythmes scolaires, qui concerne 20 % des élèves, a été mal préparé, sans les parents ni les enseignants. Tout d’abord, il y a un problème financier : les communes qui appliquent cette réforme dès 2013 ont droit à une dotation de 50 euros par élève avec un complément de 40 euros pour les communes les moins favorisées. Mais, le compte n’y est pas : le coût de la réforme est évalué à près de 150 euros par élève ! Sauf à faire payer les parents ou à augmenter les impôts locaux, les communes sont en difficulté pour financer cette mesure.


amdaA l’occasion de cette rentrée scolaire, Ana Maria De Almeida, responsable des Jeunes Actifs de La Queue-en-Brie, mère de famille directement concer- née par cette réforme, fait le point.

 

Question : Quel regard portez vous sur cette réforme des rythmes scolaires que Vincent Peillon, ministre de l’Education nationale, et Jean-Marc Ayrault, Premier ministre, ont tenté d’imposer dès cette rentrée ?


Ana Maria De Almeida : Le Gouvernement impose des nouveaux rythmes scolaires qui à mon avis ne seront pas productifs pour nos enfants sur du court comme sur du long terme. Nous constatons depuis de longues années que le niveau scolaire baisse, ce qui est très alarmant, des lacunes importantes dans les matières fondamentales telles que les mathématiques, le français. Effectivement, nous nous devons de remédier à ce déclin scolaire mais les faits sont là, cette réforme manque de réalisme, d'objectivité, de concertation avec les enseignants qui sont en première ligne, enfin il manque une véritable analyse de la problématique. Je ne suis pas convaincue qu'en réduisant le temps de travail de 3/4 d'heure sur 4 jours et le remplacer par des activités extra-scolaires pour ensuite reporter sur une demi-journée le travail manquant de ces 4 jours soit réellement la solution miracle tant attendue par les parents et les enfants.

 

Question : Il semble que la précipitation avec laquelle le Gouvernement a imposé son projet n’ait pas permis la nécessaire concertation avec l’ensemble des partenaires concernés (enseignants, parents d’élèves, personnels communaux et monde associatif) ?


Ana Maria De Almeida : Le Gouvernement s'est empressé de mettre en place une de ses mesurettes parmi tant d'autres mais n'a pas jugé nécessaire de rassembler tous les acteurs concernés autour d'une table et d'entamer une réelle concertation sur un sujet aussi délicat. Il s'agit de bases scolaires importantes pour l'avenir de nos enfants, CELA NE DOIT PAS ETRE VU A LA LEGERE. L'avenir scolaire de nos enfants ne peut pas se tenir juste au vu d'analyses de personnes qui sont très loin de la catastrophe scolaire vers laquelle nous nous engageons. Outre le fait que les enfants vont  être les grandes victimes des incohérences de ce gouvernement, les parents ainsi que les municipalités vont les subir de plein fouet.

 

Question : Autre pierre d’achoppement, il semble qu’un flou « artistique » entoure les normes d’encadrement des activités qui seront proposées, en particulier pour ce qui concerne les qualifications que devra détenir le personnel encadrant ?


Ana Maria De Almeida : Effectivement, le gouvernement comme à son habitude laisse un "flou artistique" ce qui est selon moi dramatique sur un sujet aussi important. En effet, les municipalités se trouvent pour bon nombre  d'entre elles dans une situation très délicate. Le constat est sans appel, les municipalités sont face à des dépenses supplémentaires qui sont souvent difficiles à chiffrer, car cette réforme impose le recrutement de personnel supplémentaire et des difficultés de gestion des activités. Elle aura aussi un impact   financier non négligeable pour les administrés en terme participation financière.

Partager cet article

Repost 0
Published by umpjeunesactifs94
commenter cet article

commentaires